Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Mar 21
Octobre
2014

PostHeaderIcon Nature Sauvage (mise en route)

La fin Août sonne souvent la fin des vacances et la rentrée toute proche.
Mais c'est aussi la période à laquelle Missdactari fête son anniversaire, événement que nous célébrons dignement depuis quelques années déjà.

Après le cinéma porno suivi du marathon des clubs, après le shopping coquin suivi de l'hôtel de charme parisien, après le voyage en avion à Deauville et les belles tables, se renouveler sans tomber dans la banalité devient, chaque année un peu plus, un challenge.

Nous avons définitivement mis de côté le défi d'une journée "du glauque" (love hôtel bas de gamme, "rue des branleurs" et clubs de mauvaise réputation) pourtant longuement évoquée à une époque.

Missdactari a cette année décidé de laisser une grande part de mystère sur le lieu et les activités, ne confirmant (plusieurs mois à l'avance) que la date, la région et le moyen de transport.
De plus, j'ai été avisé de "prendre aussi une tenue qui ne craint rien".

Compte tenu des anniversaires précédents, cette mise en garde pour le moins inattendue n'était pas de nature très rassurante. Mais j'ai joué le jeu et n'ai pas fait preuve d'une curiosité débordante, malgré la tentation.

Confus du fait qu'elle organise les détails et la surprise pour SON anniversaire d'une part, et soucieux de m'absenter deux jours de la maison d'autre part, je me réjouissait toutefois de voir la date fatidique se rapprocher.

Les détails avaient été donnés au compte-goutte au fur et à mesure que se rapprochait le jour J :

"Ce sera en Alsace...", "Nous prendrons le train", "N'oublie pas ton maillot de bain", "Dès qu'on arrive, tu fonces mettre en route le jacuzzi", "prends aussi de quoi bien t'habiller pour le retour sur Paris".

Signe des temps ? Cette année le cadeau prévu n'est ni un sextoy1, ni même un objet ou produit "glamour".
Le cadeau retenu, bien que d'une grande utilité, n'était pas adapté à notre escapade... la date approchant je me mis en quête d'un petit quelque chose qui puisse être offert le jour J.
L'acquisition d'un nouveau modèle de smartphone quelques temps auparavant laissait la place à quelques accessoires pour ce dernier (roses si possibles) que je ne manquais pas d'ajouter à ma valise.

Jour J...

Valise parée de ces présents, des tenues plus ou moins décontractées, du maillot de bain et d'une quantité de "Unique" significative (pour ne pas dire démesurée) me voilà donc en chemin vers notre point de rendez-vous, le tout avec une ponctualité tout à fait honorable compte tenu de ma relative performance dans ce domaine.

C'est le début d'un long périple ferroviaire qui va nous amener en gare de l'Est, dans un TGV a l'ambiance feutrée vers Nancy, et à la suite le TER.
Ce dernier trajet est l'occasion de constater quelques différences dans le paysage : nous passons le long de nombreuses usines de ciment, aux énormes canalisations oxydées (et dont l'esthétisme est fort discutable), croisons quelques églises dont le clocher est affublé d'un bulbe ...

Saint Nicolas de Port Clochers à Bulbe

Arrivés à bon port, un taxi nous fait parcourir les derniers kilomètres dans la campagne mosellane.
Oui, c'est bien en Moselle que nous sommes et non en Alsace voisine... qu'importe.

Missdactari m'enjoint de ne pas regarder la signalisation pour garder l'effet de surprise.
Je ne tiens pas à le gâcher si près du but et je m'exécute, le pare soleil du taxi faisant office de cache.

Une quinzaine de minutes de route plus tard, nous descendons sur un parking en pleine campagne.
Une grande enseigne en bois me donne enfin l'information manquante, car nous sommes à l'entrée d'un...

Parc animalier ?

Plan du Parc

Perplexe, j'essaie pendant quelques instants de trouver la cohésion entre le parc animalier et le jaccuzi.
Est-ce pour plus tard, est-ce un leurre ? Je reste silencieux...

Tout devient évident lorsque Missdactari m'indique que ce parc animalier propose des hébergements en pleine nature, au sein même du parc.
Certains sont de simples cabanes dans les arbres2, dans un confort rudimentaire.
D'autres sont nettement plus évolués, comme celui dans lequel nous allons passer la nuit...
Nous avons une réservation dans un lodge dont la construction est toute récente.

Nous prenons connaissance des consignes liées à notre logement, aux usages du parc, aux horaires et au déroulement de notre séjour. On nous remet également deux lampes pour nous éclairer le soir afin de regagner notre hébergement après le dîner.
En effet, la nuit le parc n'est pas éclairé, et il faut le traverser, en partie en sous-bois pour retourner au lodge.
Nous prenons place à bord du club-car qui nous amène vers notre demeure d'un soir.

Nous faisons connaissance avec le lieu. Le lodge est isolé sur un bord du parc: nous disposons d'une grande zone arborée et privatisée. Le bâtiment affiche des lignes droites, et des matériaux au goût du jour : beaucoup de bois, de la pierre, du béton effet ciré couleur anthracite, une grande baie vitrée...
Singularité : celle ci est au contact d'une meute de loups noirs, dont nous ne sommes séparés que par une clôture.

Lodge : La baie vitrée et un loup
Les finitions sont soignées, les équipements nombreux : cheminée, cafetière expresso, éclairage led multicolore télécommandé, chauffage au sol...
Le genre de logement que l'on garderait bien pour le reste de l'année !

La disposition est étonnante : la pièce principale est séparée d'une petite dépendance constituant la seconde chambre, un autre bloc héberge les toilettes et la salle de bain. Ils n'ont en commun qu'une terrasse en bois et un pan de plafond...
En bonne place, au milieu de cette terrasse centrale, figure le jacuzzi tant convoité, caché sous sa grande housse.

Lodge : le jacuzzi
On nous montre le fonctionnement du logement, les précautions d'usage, ainsi qu'un rappel des différents horaires, dont celui du dîner.

Enfin seuls !

Malgré l'absence de rideaux et l'importante surface vitrée, nous bravons les rares vis-à-vis et faisons tomber nos vêtements, impatients.
Nous débarrassons le précieux équipement balnéo de sa lourde housse, prenons une douche rapide, et nous voilà barbotant dans l'eau chaude, testant les différents réglages et mécanismes d'agrément.
le jacuzzi est encastré dans la terrasse, nous avons les yeux à hauteur du sol, et notre point de vue donne sur le grand enclot voisin, celui qui abrite les loups noirs. Nous tentons de les repérer mais ils se tiennent à distance dans l'immédiat.
Le mélange de confort et de proximité avec la nature est quelque peu paradoxal, mais particulièrement agréable.
Nous nous délassons ainsi un long moment, tentant de repérer les loups, jouant à cache-cache avec les jets, les mains deviennent baladeuses et nos corps se frôlent.

Fatalement, la poitrine de Missdactari ne manque pas de me narguer, mes mains et ma langue ne résistent pas bien longtemps à l'appel de la nature.

Sein : l'appel de la nature.. sauvage !
Mes érections sont autant de prétextes à de douces caresses sous-marines.

Nous nous amusons à faire monter la tension sexuelle pendant un bon moment, jouant avec notre désir.
Jusqu'à ce que n'y tenant plus, et bien que frileuse (au sens premier du terme uniquement) la miss sorte de l'eau jusqu'à son entrejambe, sans dire un mot.

Le message est clair, et à mesure que j'approche de son intimité, elle fait en sorte d'adapter sa position pour me l'offrir du mieux possible.
Resté dans l'eau chaude, je prends un malin plaisir à m'appliquer dans un cunnilingus d'abord lent et appuyé, lascif.
Sentant la cyprine remplacer avantageusement le côté rugueux et insipide de l'eau j'accélère progressivement le mouvement, tout en observant l'effet produit sur la belle demoiselle.
Son souffle se fait audible et plus rapide, j'agrippe ses fesses et je poursuis mes explorations linguales de plus belle.
Pendant que son plaisir prend forme, qu'elle me guide et m'encourage de quelques mots, je maintiens la pression ainsi que le mouvement, de manière à ne plus laisser d'échappatoire.
Un gémissement rauque me ravit intérieurement, et je ne lâche ma proie que lorsque qu'une main sur mon front m'éloigne du fruit défendu mais ô combien apprécié.

Il est temps de se remettre dans l'eau chaude, l'orgasme n'ayant rien arrangé côté frilosité, pour quelques minutes de récupération, enlacés.
Une main descend délicatement mais avec assurance et se saisit de mon sexe, vaguement remué dans l'apparente l’apesanteur.

Tant et si bien qu'il ne va bientôt plus y être assujetti, dressé tel un fier soldat...
Ah...  quelle agilité dans les gestes, quel talent !

Je m'interroge sur la marche à suivre pour éviter les effusions dans l'eau que nous tenons à garder propre pour ces deux jours.
Missdactari me propose alors de passer dans la salle de bain...

Nous sortons de l'eau en prenant garde à ne pas être observés (hormis par les loups) et filons dans la pièce attenante.
L'efficacité du plancher chauffant un sol en pierre volcanique est appréciable. La douce chaleur qui s'en dégage est tout à fait propice à des ébats improvisés.

Après s'être assuré que j'étais toujours en forme, la miss se tourne et offre à ma vue l'une des plus belles invitations à l'indécence.
Ne pouvant refréner un coup de langue en enfilant un Unique, je me dresse et lui saisit fermement les hanches avant de m'enfoncer avec vigueur.
Je me délecte des vagues de sensations énergiques provoquées par une pénétration qui ne l'est pas moins.

N'étant pas un grand amateur de la position debout, et la pièce ne permettant pas de se mettre confortablement à genoux, je ne tente pas d'atteindre à tout prix l'orgasme.
Je me contente du plaisir lubrique de la situation, pour quelques minutes encore : je tiens à m'économiser pour le soir.

L'heure du dîner approche... il est temps d'interrompre nos ébats temporairement.

Nous revêtons une tenue appropriée et sortons rejoindre la salle de restaurant en nous faufilant dans les sous-bois.

[ suivant ]

  1. Je crains de n'avoir visé au plus juste avec le Fairy, les autres jouets n'ayant pas trouvé grâce auprès de Missdactari depuis la "roquette à orgasme" []
  2. et c'est par ce biais qu'elle en a eu connaissance, puisque c'est ce type d'hébergement qu'elle avait choisit pour mon propre anniversaire []


Il y a 10 commentaires pour “Nature Sauvage (mise en route)” Flux RSS des commentaires

  • roxanne

    Bonjour.
    Quel beau récit que voilà. Qu'est ce que j'aimerais avoir des weekends comme celui ci, vous me faites rêver par vos mots. Merci.

  • Goormand

    Bonjour et bienvenue ici.

    Merci pour votre compliment, c'était effectivement fort agréable... et je n'ai pas encore tout écrit, la suite est pour bientôt !

    Je vous souhaite de pouvoir passer du rêve à la réalité.

  • missdactari

    Ton air perplexe et ton silence à la descente du taxi m'ont, je l'avoue, un peu fait peur. Mince... et si cette surprise préparée depuis des mois, fantasmée même, n'était pas aussi bonne que je l'espérais... Si j'étais allée trop loin entre la distance, le trip " animalier ", le secret bien gardé...

    Mais ouf ! Une chouette déco, un jacuzzi, un grand lit, font pétiller le regard, et promettent un beau voyage !

    Note pour plus tard : ne jamais te lire raconter les supplices que tu m'infliges ( pour mon anniversaire, tu n'as pas honte ! ) quand je suis dans une grosse semaine de boulot, sans sorties... en manque ! Gggrrrrrr !

  • Comme une image

    Eh eh... En voilà deux pour qui « hurler avec les loups » a dû être une activité tout à fait « littérale » pendant deux jours !

    J'adore les efforts que vous déployer pour faire de ce rituel quelque chose de vraiment unique (et je ne parle pas des préservatifs), vraiment !

  • Goormand

    @missdactari : c'était une super idée !
    Et pour la grosse envie, si ça peut tenir encore un tout petit peu, je croise les doigts pour pouvoir y remédier bientôt 😉

    @CUI : Hmmmm oui, le récit de la suite devrait abonder dans ce sens.
    Ces anniversaires deviennent de grandes occasions... je regrette juste de ne pas avoir pu prendre le temps de faire le récit de l'an passé.
    Et pour les Uniques, j'ai cru lire que tu étais également convaincu ?

  • Comme une image

    Oui, je ne carbure qu'aux Unique et aux Skyn.
    J'ai une amante qui s'est plainte de la texture des Unique pour la sodomie. Du coup, je suis hésitant bien que ça soit passé sans problème avec d'autres 😉

  • Goormand

    De toutes les façons je crois que sur la petite notice du Unique il y a une mise en garde concernant la sodomie ?

    (je viens de vérifier... rien de méchant non plus)

  • Comme une image

    Rien n'a jamais craqué en tout cas.
    Je vérifierai la notice.

  • Jen

    Wow! ce récit ne peut que me tenter. Je rêves tant de vivre de tels moments. Si au moins il était possible de vivre un tel week-end tous les mois 😀

  • Goormand

    Un par mois c'est déjà une sacré goormansdise... moi aussi j'en reverrai !

Laisser un commentaire