Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Lun 8
Juin
2015

PostHeaderIcon Nature Sauvage (Ébats Crépusculaires)

[ précédent ]

La luminosité du sous-bois déclinante nous permet de trouver, un peu hésitants, notre chemin.
Mon sens assuré de l'orientation, aidé du plan du parc nous permettent de nous en sortir sans faux pas.
Missdactari constate avec une légère inquiétude qu'il n'y a effectivement aucun balisage lumineux pour notre retour.
Je sais sa nature plus ou moins aventureuse selon les domaines.
Aussi je cède volontiers à sa demande de vérifier que le matériel d'éclairage qu'on nous a confié fonctionne.

Nous croisons ça et là quelques installations hébergeant oiseaux, batraciens et rongeurs, ainsi que des reproductions géantes d'animaux disposées sur le parcours.

Notre chemin nous ramène à la civilisation, via la ferme puis le grand bâtiment ou nous prendrons le dîner.
Celui-ci jouxte une immense plaine se prolongeant d'une vaste étendue d'eau. On distingue juste sous l'horizon la lisière d'un bois.
D'après le plan cette partie du parc abrite des ours, mais nous n'aurons pas l'occasion de les voir durant notre séjour.

Semblable à un documentaire animalier sur la savane, la plaine qui nous fait face grouille du mouvement de nombreux animaux, principalement des cervidés.

cervides

Le dîner étant à heure fixe, nous rejoignons la salle de restaurant sans tarder, et constatons avec plaisir que nous pouvons de notre table continuer nos contemplations.
Les cerfs, daims et mouflons sont habitués à la présence de l'homme, n'hésitant pas à approcher les promeneurs, ou venir sous nos fenêtres.

La carte nous rappelle que nous sommes dans le pays de la mirabelle, y compris en ce qui concerne l'apéro.
Le menu qui nous est proposé, à défaut d'être typique de la région lorraine, est bien agréable.
Nous profitons tranquillement de notre repas, la grande salle de restaurant n'étant occupée que part les quelques couples ou familles qui occupent un logement pour la nuit.
D'ailleurs, le jour décline à mesure que nos estomacs se remplissent, et nous ne voyons bientôt plus rien de la grande plaine aux cervidés...

Sans hâte, mais impatients de regagner notre repaire, nous finissons notre repas et vérifions que notre éclairage de fortune fonctionne, avant de nous lancer sur les traces du chemin du retour.
Celui-ci s'avère être une véritable expédition... en effet aucune partie du parc n'est éclairée ni balisée la nuit.
Je fais appel à ma mémoire topographique et à l'image de la carte du parc pour nous orienter.
Missdactari ne semble pas du tout à l'aise et je tente de la rassurer de mon mieux, tout en restant attentif au moindre détail qui pourrait indiquer que nous faisons fausse route.
Les bruits de la forêt mêlés à la faible lumière dont nous disposons donnent une ambiance pesante digne d'un film d'horreur.

Sans faux pas, et soulagés d'arriver à bon port, nous regagnons notre antre, illuminé par les éclairage intégrés au sol extérieur.

lodge

Nous prenons rapidement nos quartiers, et nous débarrassons de nos manteaux, lanternes et lampes torches.
Je suis tenté d'essayer l'éclairage led dont on nous a vanté les mérites, et me saisis de la télécommande.
Celle ci pilote plusieurs bandeaux lumineux dont on peut changer les couleurs à loisir...1.

Après quelques minutes à jouer avec les ambiances lumineuses dans divers endroits du lodge, je propose de profiter de l'ambiance nocturne avec un éclairage rose tamisé dans un le jacuzzi.
Frileuse, Missdactari propose une autre alternative : nous avons un beau lit double avec une épaisse descente de lit à tester, d'autant qu'elle a amené quelques accessoires.

lit_avant

Ayant choisi un éclairage adapté, nous tournons autour du lit quelques minutes, et procédons à un effeuillage sans hâte.
Nous nous apercevons que notre accessoire principal, qui n'est autre que l'indétrônable Fairy, n'est pas suffisamment chargé et risque de nous lâcher en pleine action.
Devant cette inacceptable perspective, nous le branchons sur secteur en vérifiant que la longueur de câble ne sera pas un obstacle (merci les prises sous les tables de nuit).

Une fois nus sur le lit, la miss me donne sa vision des choses : une préparation comme je sais les lui prodiguer, ensuite il s'agira d'aller droit au but pour un maximum de plaisir en en minimum de temps...

loup_sein

Séduit par l’enchaînement, j'allonge la belle en travers du lit, m'assure de son confort, et je prend place entre ses cuisses.
Je commence par embrasser puis titiller du bout de ma langue son clitoris encore sage. Je donne quelques coups de langue brefs et appuyés, ce qui ne tarde pas à le faire réagir avec vigueur.
Relâchant mon étreinte buccale, je commence à laper, nonchalant, partant de son œillet jusqu'à son clitoris, dessinant tous les reliefs de son intimité au plus près de ma langue.
Chaque passage révèle plus encore le gout délicat de la cyprine qui commence à imprégner tout le fruit défendu.

Il me vient alors une idée : elle m'avait parlé il y a quelques temps d'un homme qui l'avait léchée en posant sa langue à plat tout le long de son intimité.
Cela lui avait fait beaucoup d'effet, mais il manquait quelque chose pour que ce soit totalement satisfaisant.

Aussi je m'aventure à plaquer le centre de ma langue sur son clitoris bien dégagé, pendant que le bout titille juste au dessus de l'entrée du vagin.
C'est à croire que ma langue a exactement la forme et la longueur requises... je parviens à la faire onduler assez facilement de façon à produire de lentes caresses appuyées sur son bouton.
Je m'interroge sur les sensations produites, mais un vif soupir emplit de surprise ne me laisse aucun doute.

Ce n'est qu'une question de secondes avant que la miss ne réclame son dû... mes "Uniques" sont à portée de main, et je m'assure d'être prêt à l'assaillir à tout moment.

Suspendu à sa voix encore quelques secondes, le "prends moi" vient sonner l'heure de la chevauchée.
Je libère pour un bref instant mon étreinte polymorphe : mes mains qui étaient encore à l'instant enroulées fermement entre ses cuisses, vont bientôt enserrer sa taille.
Alors que Missdactari m'offre la plus belle vue sur sa croupe, je m'approche et m'équipe de la coiffe phallique Unique de rigueur.

Le jeu est clair : pas de quartier... je m'enfonce donc d'un trait au plus profond d'elle et perçois son gémissement dans un souffle.
Je me tiens immobile, elle se saisit alors du Fairy et le rapproche de son entrejambe.
Mains entre les cuisses, épaules à plat sur le lit, sa cambrure est à se pâmer.
Mon bas ventre ajusté contre ses fesses, je me sens l'emplir de bien belle manière.

Elle plaque le jouet rose et blanc sur son intimité, et enclenche de suite la vitesse maximum.
J'assène immédiatement les premiers coups de boutoirs, réguliers et vigoureux, ne prenant aucune précaution pour ménager ma partenaire.
Plutôt que la cadence, je privilégie l'amplitude du mouvement, et la force de chaque coup de rein.
J'accélère progressivement le mouvement... je veux que son plaisir soit maximal, absolu et inévitable.

Sa voix se fait rapidement entendre, laissant deviner avec quel galop s'approche l'orgasme
Ses cris de plus en plus enlevés, sa lubrification abondante m'encouragent, je ne m'autorise aucun répit et me dévoue tout entier à ma noble entreprise.
Serrant ses hanches avec force, pilonnant son intimité avec détermination, je me sens tel une fucking machine prête à la transpercer.

Un dernier gémissement rauque, teinté d'étonnement, d'émerveillement même, précède le bouquet final.
Ses cris emplissent le lodge, tandis que je maintiens l'effort tel le sprinter qui vient à peine de franchir la ligne d'arrivée.
Sa longue plainte m'évoque celle des loups qui sont juste là, dehors.

Elle se relâche, terrassée par notre accouplement animal, laisse aller le jouet et semble à demi-absente, le souffle court.

lit_ebats
Son expression est à la frontière entre le fou rire et les larmes... elle se tourne lentement sur le côté, comme si elle était blessée.

Dans le mouvement, j'aperçois son intimité indécente, outragée et outrageante, trempée par l'excitation aussi subite qu'intense.
Je profite de l'accalmie pour reprendre mon souffle, mon érection revient demander son reste.

La belle récupère vite, et je sais qu'il ne faudra pas attendre bien longtemps pour que je ne puisse à nouveau coulisser en elle, et atteindre à mon tour le nirvana.

Le regard vague mais bienveillant, elle se tourne sur le dos.
"Bon lapin2 et après dodo" me souffle t-elle, pour me faire comprendre qu'à ce régime là, il n'y aura pas de second round, victoire par KO.

L'assaut l'a laissée accueillante, et je ne prends, une fois de plus, aucune précaution particulière pour la pénétrer.
Enthousiasmé par nos effusions précédentes, je me focalise sur mon propre plaisir.

Ma langue va à la rencontre de ses seins, qu'elle saisit et me présente, pendant que j'ondule sur elle et profite des sensations voluptueuses de la pénétration,  dont j'adapte la cadence à ma guise.

Je m'abandonne et laisse monter cette sensation qui pointe sur la couronne de mon gland, presque imperceptible... elle s'étend progressivement, comme par petits cercles concentriques, à toute la verge.
Cette sensation, par je ne sais quelles circonvolutions m'emmène, grandissante, vers un délicieux plaisir.

Le plaisir me gagne tout entier et se transforme en ras de marée, je suis au paroxysme de la rigidité.
La jouissance me submerge tandis que j'assène à la belle tel un baroud d'honneur, quelques derniers vigoureux coups de bassin.
Je sens ma semence s'écouler et tenter de la rejoindre.

Immobile pour quelques instants, terrassé, je profite de ces quelques secondes de grâce post-orgasmique, celles où la plénitude prend tous ses droits.
Ma tête se pose au creux de son épaule, je bredouille quelques mots.
Nos corps s'éloignent un peu, je m'allonge à demi sur elle, me positionnant de façon à accéder à sa poitrine, pour la caresser et en jouer avec la pointe de ma langue, mes mains la parcourent.

La nuit est déjà bien avancée, il n'y aura effectivement pas de combattants pour un second assaut ce soir.
L'appel de la couette nous fait sortir de notre tendre torpeur, nous avons envie de nous mettre au chaud, de profiter du confortable lit pour un repos bien mérité.

Le contraste entre le confort de notre lodge, et l'isolement du sous-bois est plaisant.
Je profite à plein de cet environnement loin du tumulte des hommes, proche de la nature, parmi les loups, fatigué et béat.

regard_loup

Le sommeil ne tarde pas à m'emporter avec douceur...

Jusqu'à ce qu'un bruit métallique et sourd m'en sorte en sursaut.
je suis vite en éveil... nous sommes en forêt, nos plus proche voisins sont loin, personne n'a rien à faire ici.
Alors d'où vient ce bruit, qu'est ce qui peut bien cogner à ce point ?
De nouveau, ce bruit inquiétant... se pourrait-il que quelqu'un rode et tente d'accéder au lodge ?

N'étant pas sujet au stress, surtout la nuit, je tente de réfléchir et de déterminer la cause de ce bruit.
Ca cogne, encore... fort, sourd. Y a t-il un souci dans le parc, vient-on nous évacuer ?
Un autre hôte qui se serait trompé de logement ?

Ou... quelqu'un sur le toit ? En tendant l'oreille il me semble que c'est de là que vient le bruit.

J'entends le vent souffler fort dehors, alors qu'il était quasiment inexistant dans la soirée.
Nous sommes en pleine forêt, l'explication est fort simple : quelque chose tombe des arbres et vient percuter le toit métallique.

Les bruit se poursuivront ainsi un moment, et à mon grand étonnement, ils ne semblent pas perturber missdactari.
Son sommeil est d'ordinaire léger, mais pas ce soir... je retombe moi aussi dans les bras de Morphée, songeant au programme du lendemain.

[ suivant ]

  1. avec le recul je me rends compte que c'est la deuxième fois qu'une sortie d'anniversaire m'inspire une installation électrique personnelle, la gamme utilisée au Secret de Paris ayant trouvé grâce dans ma nouvelle demeure []
  2. dans notre vocable : Vas-y, profite ! []


Il y a 15 commentaires pour “Nature Sauvage (Ébats Crépusculaires)” Flux RSS des commentaires

  • palaume

    Quelle suite !

    L'attente fut longue mais le résultat est excitant à souhait.

  • Coquelinette

    J'attend avec impatience la suite du programme...

  • Goormand

    @palaume : Bien content que ça vous plaise... l'attente a en effet été longue, trop longue !
    Il faut décidément que j'arrive à m'organiser pour écrire.

    @Coquelinette : Je commence à l'écrire bien vite... Spoiler : elle ne sera pas forcément aussi intense.

  • Pierre

    Et.pendant ce temps, que faisait votre épouse ?

  • Goormand

    Bonjour !

    Et bien pendant ce temps là Madame faisait autre chose, je n'ai pas les détails mais elle n'était pas, à ce moment là avec un amant si c'est votre question. (sauf si elle a oublié de me le mentionner...)

    En revanche elle savait avec qui j'étais et à peu près où...

  • Charles

    Il y a de bonnes chances pour que Madame ait géré l'intendance et la marmaille tout le we.
    On est un couple libre, voyons !

  • Goormand

    C'est effectivement le cas.
    Cela vous pose un souci ?

  • Goormande

    @Charles
    Bonjour,
    Effectivement ce week-end là JE gérais les enfants, et la maison.
    Auriez-vous préféré que les enfants soient confiés à une Baby Sitter ou autre moyen de garde alternatif ??

  • Charles

    Bah, si comme le chantait Serge Lama, vous êtes " cocue mais contente " , tant mieux pour vous.

    Relevons aussi au passage la modestie du monsieur â décrire ses exploits avec force détails.
    Le premier et peut-être le seul amant sur cette terre...

    S'il y a une part de vérité, bah tant mieux, parce que c'est loin d'être un Apollon.

    Déjà dégarni et un peu bedonnant, pouah !

    Manquerait plus qu'il baise comme un lapin...

  • missdactari

    Et le week-end dernier, c'est MOI qui gérais LEURS enfants et LEUR maison. Il est trop fort le Lapin ^^

    @ Madame Goormande : il faut qu'on appelle SOS femmes exploitées par des Lapins tu crois ?

  • Goormande

    @MissDactari : On va créer une association d'utilité publique .... On s'y met dès demain 😉

    Sinon dis moi ... Quel prétendant as-tu éconduit pour déclencher une telle vague d'agressivité ??? lol

  • Goormand

    J'avoue avoir hésité à supprimer ou modérer ce commentaire, me posant la question de tolérer ce genre d'attaque sur mon blog.

    Mais vos réponses m'ont dissuadé d'y toucher.

    MERCI les filles !

  • missdactari

    Tu veux la liste des frustrés de la semaine ou du mois ?

  • Delirium

    Ouhhhhh ... Au louuuuuup !!!!

    Quel délire votre post !!
    Et bé, dans la famille tuyau de poêle, tout le monde s'emmanche chez vous ???

    Ceci étant, je trouve des similitudes très étonnantes entre gourmande et miss daktari au niveau physique...
    Je me pose deux questions ...
    - soit ces deux personnes n'en sont qu'une , et cela ne m'étonnerait pas du tout...
    - soit monsieur gourmand a un réel problème , quel est l'intérêt de prendre pour maîtresse , (appelons une chatte une chatte, bien oui, on est dans le graveleux !! ) une femme similaire ?

    Et alors les mômes gardés par la Pompadour, "les enfants vous allez être contents ce soir !! C'est tâta qui vient vous garder !!"
    Faites gaffe.... Vous allez finir par vous planter de boulots respectifs si ça continue !!!

  • Goormand

    Je reste perplexe devant de tels messages...
    Le Père Noël aurait il fait quelques laissés pour compte ?

    Petite précision c'est Goormande (avec 2 O) et missdactari (un c, tout attaché).

Laisser un commentaire