Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Jeu 14
Janvier
2016

PostHeaderIcon Nature Sauvage (Panthère Éphémère)

[ précédent ]

Les transports parisiens nous amènent à proximité de la rue Thérèse, notre destination pour cette dernière étape.
Nous sommes en terrain connu, en habitués des après-midi aux Chandelles, même si nous avons plutôt pour habitude d'y déjeuner le jeudi.

Chandelles_porte

Bernard nous accueille comme à l'habitude avec charme et humour, et prend notre vestiaire.
Il nous précède alors que nous prenons notre temps pour descendre l'escalier qui nous mène sous les voûtes.

Je descends moi-même les marches nonchalamment, me réjouissant d'être dans ce lieu de débauche qui m'est cher.
Arrivé aux dernière marches, je fais face au long couloir qui mène d'un côté aux espaces récréatifs et de l'autre au bar.

A quelques mètres de moi, je remarque immédiatement une grande et belle jeune femme.
Sa silhouette me séduit immédiatement, tout comme ses gestes... et surtout, elle a la peau noire !
J'ai un gros faible pour les peaux noires, sans en connaitre l'origine…. Un certain attrait pour l’exotisme j’imagine.
Je crois que c'est comme le cunnilingus, j'ai toujours su que cela me plairait avant même d'y avoir goûté...

sexy-lady-abstract-shadow

La belle parle avec Bernard qui m'a devancé, comme à l'accoutumée il est souriant et toujours charmant avec les dames.
Je suis trop éloigné pour comprendre leur conversation, et quand la jeune fille tourne le visage vers moi, la lumière rouge tamisée ne me permet pas de distinguer son expression.

J’esquisse un large sourire, la demoiselle m'attire...
Elle se tourne à nouveau vers Bernard, sans que je n'ai pu déceler de signe d'intérêt.
On ne peut pas plaire à tout le monde...

Bernard lui, a vu quelque chose... il me regarde, sourit et lance à la cantonade "toi, tu as un ticket !!!"
Je suis à la fois surpris, et bien évidemment ravi !
Je m'approche en souriant pour faire connaissance...
"Fais lui un bisou !" lance notre hôte, amusé.
Je m'accomplis bien volontiers... nos lèvres se touchent, je frémis.

J'ai très envie que la situation dérape et que le bisou se transforme en baiser langoureux, mais la belle semble avoir une légère réticence.
Nous sommes encore de parfaits inconnus, je me contente donc de passer ma main sur sa hanche pour lui montrer mon intérêt.

Nous rejoignons le bar, il y a du monde cet après-midi et nous nous retrouvons assez vite séparés.
Je reste néanmoins décidé à aborder la somptueuse black avant la fin de notre visite.

R., un des habitués du club que je vois régulièrement et avec qui j'ai sympathisé, semble également sous le charme.
Très vite il a une attitude et un discours non équivoque envers la demoiselle, elle ne semble que vaguement réceptive, mais néanmoins décidée à s'amuser avec lui.
Je me dis que l'après-midi est encore longue, et puis j'ai très envie de passer du temps avec missdactari.

Nous nous installons à distance, je vois la belle et R. de loin, lorsque qu'il n'y a pas d'attroupement dans le coin câlin pour me masquer la vue.
Je ne suis probablement pas objectif, mais il me semble que la demoiselle n'est pas très enthousiasmée par leurs ébats...

Quelques messieurs bien élevés viennent rapidement à notre rencontre (surtout celle de missdactari, à vrai dire) et souhaitent visiblement se joindre à nous.
Voilà qui va combler le goût de missdactari pour la pluralité masculine...
Les jeux commencent, chacun trouve sa place et tout ce petit monde profite d'un moment torride.
Gémissements, coups de bassins, langues exploratrices, bouche gourmande, tout est en symbiose pour une parenthèse réussie.

Chandelles_couloir

Nous décidons de nous rafraîchir avec la miss, et alors que j'attends que la douche se libère, la jolie black passe dans le couloir voûté et s'adresse à missdactari.
Je ne saisis pas tout à fait ce qu'elle lui dit, mais ça ressemble à "il parait qu'il est bien, tu crois que je peux te l'emprunter" ?

Enthousiaste, missdactari acquiesce immédiatement, me mettant en avant et vantant mes mérites.

En moins de temps qu'il ne me faut pour le dire, je me retrouve dans les bras de cette grande et plantureuse jeune femme, diablement attirante.
Nos bras se frôlent et la texture de sa peau m'électrise totalement, cela fait bien longtemps que je n'ai pas ressenti cette sensation si particulière, ce grain de peau qui me fait tant réagir... je suis totalement envoûté.

Nous nous allongeons et échangeons quelques baisers, j'aide la belle à faire tomber sa jolie robe, pendant que mes mains caressent son corps à la peau d'ébène et me délecte de chaque centimètre carré.

Sa poitrine est arrondie et proportionnée, la chaleur de ses seins me donne envie de les cueillir du bout de la langue, de les caresser délicatement.

Je parcours tout son corps de mes mains, je suis littéralement en transe... je n'ai qu'une idée en tête : lui donner du plaisir, intensément.
Mes caresses et mon exploration me mènent petit à petit entre ses cuisses, et j'approche lentement mais surement mes lèvres de sa chatte.
J'observe et admire son anatomie, la couleur foncée de ses grandes lèvres, qui contraste avec le rose de la partie la plus intime.

J'embrasse ses cuisses puis le pli de l'aine et je me rapproche de son clitoris, passant ma bouche de plus en plus prêt, effleurant, titillant...

Je finis par le prendre sous ma langue et l'entourer de ma bouche. Elle a un goût délicieux, je suis aux anges.
Ma langue commence à laper avec nonchalance, en petits mouvements verticaux, bientôt entrecoupés de passages plus amples.
Je joue de plus en plus avec son intimité, au gré de mes envies ma langue s'aventure de plus en plus loin, tantôt frôlant sa rose, tantôt emprisonnant toute sa vulve.

R. qui rôde dans les parages passe vers nous et fait une remarque qui me semble assez malvenue... ça ne lui ressemble pas mais qu'importe, je fais abstraction, et je reste concentré sur ce que je suis en train de faire.

Ma victime se détend également, elle gémit et bredouille quelques encouragements et compliments, je m'assure de faire monter la tension de façon graduelle, sans me précipiter, mais sans la faire trop languir non plus.

A force de ce petit jeu, je la sens au bord d'un premier orgasme. Ce que je lui fais à ce moment précis semble particulièrement agréable... je décide donc de m'en tenir là et de garder le même rythme, l'atteinte du nirvana ne devrait être qu'une question de secondes.
Elle semble désemparée et un peu absente, agrippe de ses mains l'épais tissu du coin câlin, son corps se tend, elle ferme les yeux... elle est comme un animal paniqué face à un sort inéluctable. Dans un tremblement elle rend les armes et laisse éclater un long gémissement.

orgasme_drap

Elle demeure absente quelques secondes puis caresse mes cheveux. "On ne m'a jamais léché comme ça !" me souffle-t-elle.
Je reste entre ses cuisses, sans la stimuler, afin qu'elle puisse reprendre ses esprits. Mais je n'ai pas l'intention de lui laisser trop de répit, recommencer ce petit jeu serait tout à fait à mon goût.

Pourtant elle me fait signe de revenir vers elle... je m'allonge alors à ses côtés, frôlant tout son corps, profitant de la sensation totalement grisante que me procure le contact de sa peau.
Elle me remercie à nouveau, j'en suis flatté et presque gêné, elle se rallonge et ouvre grand ses jambes... "Prends-moi !".

Plutôt que de m’exécuter immédiatement, je me demande si elle souhaite juste me renvoyer l'ascenseur, ou si elle en a réellement envie.
Je chasse ce questionnement futile et m'équipe d'un préservatif, j'ai envie d'être en elle depuis que j'ai croisé son regard.

Je me délecte de chaque centimètre à mesure que je coulisse en elle, et observe chacune de ses réactions pour m'assurer qu'elle est à l'aise.
Surexcité par la situation proche d'un certain idéal, je me crispe et ne parvient pas à profiter au mieux...

Reprenant mon souffle, je propose à la belle de se retourner... j'ai très envie d'une levrette !
Ses fesses avaient l'air magnifiques et les considérations sur les "culs de blacks' sont à mon humble avis tout à fait justifiées.
Mes impressions sont confirmées : la vision que j'ai est un enchantement, je suis au comble de la félicité.
La forme de son fessier, sa rondeur, son grain de peau, sa teinte, tout concours à la fois à m’exciter comme rarement je ne l'ai été, et à me faire perdre mes moyens.

Je m'introduis en elle et la saisis par la taille, la magie tactile opère de nouveau lorsque mes paumes entrent en contact avec ses hanches, je suis transporté par des vagues de frissonnements.
L'excitation est tellement forte que j'atteins une sorte de plafond de verre et ne trouve pas la jouissance.
La belle se redresse alors et "s'ouvre" littéralement avec une de ses mains, offrant à ma vue ses orifices aux couleurs sombres et roses à la fois.

beautiful-ass-1

Je dois certainement avoir les yeux exorbités, le geste est inattendu, excitant, invitant...
Elle est totalement offerte à ma vue et à ma queue.

Je contemple le spectacle de sa chatte m'avalant goulûment, presque incrédule.
Totalement surexcité, j'accélère la cadence, mon esprit est un véritable orage, je suis dans un état second.
La cadence commence à avoir raison de mes capacités... je calme donc le jeu, et reprends mes esprits pour profiter du moment et laisser le plaisir m'envahir.

C'est alors que R. revient à la charge, il est inhabituellement malpoli et fais montre de propos désobligeants envers nous deux.
Nous tentons de calmer le jeu, mais il n'en démord pas... je reste perplexe, ne l'ayant jamais vu sous ce jour.

Ma partenaire est décontenancée, mal à l'aise, elle prend une attitude défensive. Tout en désamorçant l'inconfortable situation, je m'assure que tout va bien pour elle.
Nous échangeons quelques mots, je lui demande son prénom : "Sandra".

R. tente grossièrement de s'attirer une nouvelle fois les faveurs de Sandra, elle refuse poliment, ne semble pas dans son assiette.
Il insiste et franchit de mon point de vue la limite de l'acceptable.
Sandra indique qu'elle doit rentrer, qu'elle va prendre congé.
R. ne change pas d'attitude et propose de la raccompagner. Proposition bien vite déclinée avec fermeté.
Sandra disparaît et quitte les lieux, sans que nous ayons eu le temps d'échanger quelques mots autour d'un verre.
Sans non plus, avoir pu se donner l'occasion de nous contacter ou de nous revoir.

Déçu de l'attitude de R., j'échange quelques mots avec missdactari qui revient d’une autre zone de jeu. Elle semble avoir passé également un bon moment.
Comme moi, elle est étonnée de voir R. aussi "mauvais perdant".
L'horaire est bien avancé, notre épopée touche à sa fin : nous décidons d'aller boire un verre pour nous remettre de nos émotions.
La fraîcheur de nos boissons est la bienvenue, nos discussions tournent autour de Sandra et du comportement décevant de R.
Bernard nous indique qu'il n'a jamais vu Sandra en ces lieux, mais qu'il aimerait beaucoup l'y accueillir à nouveau.
Je formule le même souhait, avec un goût d'inachevé à l'esprit1.

Pour autant, j'ai passé une très agréable après-midi laquelle vient clore notre programme avec bonheur.

Cette année encore, nous avons passé de magnifiques et précieux moments, faits de surprises, de cadre exceptionnel, de plaisirs et d'insouciance.
La rencontre de Sandra est une cerise inattendue sur le somptueux gâteau.

Alors que nous devisons en nous rappelant ces dernières 48 heures, nous nous demandons s'il sera possible de faire encore mieux l'année suivante !
La barre est haute, mais des événements à venir pourraient bien changer la donne.

  1. il semblerait qu'elle soit retournée depuis aux Chandelles, une fois au moins... je n'étais pas présent []


Il y a 2 commentaires pour “Nature Sauvage (Panthère Éphémère)” Flux RSS des commentaires

Laisser un commentaire