Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Mar 21
Mars
2017

PostHeaderIcon Timeline (ep. 3)

[ précédent ]

14h00 : Après de nombreux SMS nous convenons de nous retrouver à l'hôtel avec SK et de dîner ensemble avant de rejoindre la soirée à laquelle elle est inscrite.
Bien que privée, cette dernière a lieu au "nouveau" No Comment, qui est redevenu au moins en partie, libertin.

14h45 : J'ai calculé qu'il me faut partir au plus tard à 16h00 de chez missdactari pour arriver dans les temps sur Paris, et averti Madame du programme de l'après midi et de la soirée.
Je profite de ce début de weekend inhabituel et me prépare pour la soirée.

16h05 : Je gagne les transports parisiens en direction de mon hôtel, relativement proche de l'Arc de Triomphe. Je chasse de mon esprit la déception de ne pouvoir en profiter avec Madame, nous échangeons de nombreux SMS avec SK pour nous tenir au courant de nos positions respectives.

16h50 : Je suis dans le quartier de l’hôtel, je vais finalement arriver avant SK, ce qui me permet de prendre possession de la chambre, de poser mes affaires, et d'aller à sa rencontre.

17h35 : SK arrive sur la région parisienne, nous avons échangé nos numéros pour pouvoir nous retrouver plus facilement. A la faveur d'un appel rapide pour se coordonner, je me rends compte que je m'attendais à une voix plus douce et plus feutrée.
Je suis influencé par son apparence, qui m'évoque celle d'une actrice d'un célèbre film érotique.

18h45 : SK est garée, nous faisons connaissance, elle n'a pas l'air d'appréhender outre mesure le fait de me rencontrer en chair et en os, visiblement je lui plais, ou du moins elle a envie de me parler... Beaucoup !
C'est une vraie pipelette 🙂

19h05 : La soirée ne commence que vers 23h00, nous avons donc du temps devant nous pour faire connaissance, je ne veux pas passer pour un cuistre et je ne lui saute pas dessus immédiatement. La discussion va de sujets du quotidien aux sorties libertines comme si de rien n'était. J'ai du mal à évaluer si je plais réellement à SK, en tout cas elle a l'air à l'aise.

20h15 : nous sortons dîner, en prévoyant de ne pas rentrer trop tard, car SK doit me montrer plusieurs tenues qu'elle a prévu pour la soirée, j'en suis comblé d'avance, j'adore cela. En plus de faire ses essayages, elle a besoin d'aide car certaines pièces nécessitent un laçage, notamment un joli corset noir qu'elle me montre avant de partir.

20h30 : nous dînons dans une brasserie des Champs Elysées, je me dis que cela doit être plutôt dépaysant pour quelqu'un qui ne vit pas en région parisienne. Nous faisons plus ample connaissance, le discours devient plus intime. Je peux constater que ma charmante partenaire du soir est expérimentée, et qu'elle sait ce qu'elle veut.
Son regard est troublant, ses yeux d'un bleu profond.

21h30 : Il est temps de rentrer faire nos essayages, le service est un peu long, et SK n'hésite pas à faire la remarque au personnel... je retrouve sans difficulté le chemin de l’hôtel.
SK me montre toutes les tenues auxquelles elle a pensé, nous avons un bel échantillon de bas, bodies, corsets, escarpins et accessoires, tous dans les tons noirs.
Les essayages commencent sagement, j'apprécie les courbes plaisantes qui me sont à moitié dévoilées, je donne mon avis sur les tenues, le choix ne va pas être aisé.
Je ne suis néanmoins pas indifférent aux charmes de SK, qui se fait doucement mais surement plus séductrice... j'hésite à rester sage et à attendre la soirée pour laisser la situation vriller.

21h45 : Le charme de SK devient franchement irrésistible, même si elle a gardé une tenue à peu près décente, je me sens incapable d'attendre le début de la soirée pour me rapprocher... Profitant d'un changement de tenue, je me fais plus tactile. Son sourire immédiat et complice me montrent qu'elle n'en attendais pas moins.

21h47 : Nous sommes à moitié nus, nous nous embrassons... ses baisers sont à la fois doux et plus agressifs par moment.
Je découvre la jolie poitrine "aux bouts toujours érigés" m'expliquera t-elle. Ils sont encore plus beaux que sur sa photo de profil, pourtant prometteuse.

L'heure devient floue...

Nous savons que nous avons un moment pour profiter de nous, et je fais s'allonger SK sur le lit, en travers. Elle a l'air un peu surprise, comme si ce n'était pas ce à quoi elle s'attendait. Je brûle d'envie de lui montrer mes talents de butineur.

Alors que je vais pour retirer son string en dentelle noire, un détail anatomique m'enthousiasme vivement, et je suis d'autant plus motivé pour lui prodiguer un cunnilingus, c'est que je veux faire bonne impression !

Elle semble surprise lors des premiers assauts de ma langue, mais bien vite se prend au jeu, se met à l'aise, adapte sa position, et prend ma tête dans ses mains.

Ses gémissements se font plus rapprochés, plus forts, je me régale et m'amuse avec son intimité, satisfait de la voir réagir aussi vivement... tellement que SK est soudain prise d'une montée de plaisir qui la submerge, et elle se laisse finalement emporter par un orgasme.

Alors qu'elle reprend ses esprits, elle me félicite et me dit sa très agréable surprise, elle m'assure qu'elle se vengera, mais je fais remarquer que l'heure est avancée et que nous devons nous présenter à l'heure à l'accueil du No Comment. Elle se ravise et se contente de caresser ma queue à travers mon boxer.

22h45 : Nous déambulons sur les Champs Elysées, apprêtés et souriants, prêts à profiter au mieux des soirées libertines parisiennes. Nous sommes mutuellement enthousiasmés par notre sortie, et d'autant plus que ce premier rapprochement en appelle d'autres sans délai.

Nous arrivons rue de Ponthieu, l'entrée du club est relativement discrète, quelques couples sur le 31 s'engouffrent juste avant nous dans l'entrée... la soirée a du succès et il va nous falloir attendre de longues minutes pour accéder au vestiaire. (oui oui, nous avions une longue queue juste devant nous, hey what did you expect ?)

Nous arrivons finalement à troquer nos manteaux contre une fiche avec les tickets pour nos consommations...
De l'accueil partent deux escaliers, un droit qui monte à l’étage (pour le restaurant), celui en colimaçon descend vers le club.
Arrivés en bas nous découvrons l'architecture singulière du club : tout en longueur, avec un "bras" parallèle pour les aires récréatives.

23h00 : nous arrivons au bout du long couloir, dans la partie club, il n'y a pas un centimètre carré de libre, le volume et la qualité du système sonores sont désagréables et il commence à faire une chaleur insupportable, même si nous n'avions pas nos quelques vêtements.

23h15 : faute d'avoir pû trouver le moindre siège ou espace pour s’asseoir ou discuter, vu que la piste n'est pas plus disponible, nous allons jeter un œil aux coins câlins.
La lumière y est agréable et certains coins sont très jolis et très grands, même si leur forme est cavalière, toute en largeur.
L'endroit est à peine moins bondé que la piste de danse, et même en appréciant la promiscuité et les échanges, il semble illusoire de commencer à se dévergonder dans cette partie du club.

23h20 : nous ressortons à proximité du bar, l’ensemble du club est plein à craquer, ce qui n'est pas de bonne augure, la chaleur est étouffante, il est difficile de communiquer.
Je patiente de longues minutes pour me faire servir nos verre, par un personnel débordé et mal-aimable.

23h35 : après avoir jeté un œil aux commodités, qui sont visiblement encore en chantier (ou déjà dégradées), notre enthousiasme a presque totalement disparu.
La foule est telle que l'endroit n'a aucun charme, seuls le vacarme et la chaleur nous accompagnent, l'énervement visible des autres invités n'arrange rien.

23h40 : décidés à ne pas laisser le lieux vierge d'ébats, SK s'installe inconfortablement dans un petit renfoncement, je me mets à genou pour me délecter de son intimité.
Nous ne pouvons de toute façon pas envisager d'autre configurations, le couloir est très voûté et je ne tiens pas debout à cet endroit.
Je tente d'escamoter au mieux mes jambes et mes pieds, mais plusieurs personnes manquent de trébucher.

23h43 : nous nous rendons à l'évidence : il n'y a rien de plaisant à faire ici, SK est passablement déçue et énervée, et je suis soulagé que nous prenions la décision de rentrer, avec ce sentiment désagréable d'avoir été abusés.
En haut de l'escalier, de nombreux couples attendent pour récupérer leurs effets, ils sont à l'évidence aussi déçus et énervés que nous...
Le staff s'excuse à peine, se félicitant visiblement de son bénéfice, plus que de la satisfaction de ses invités.

23h55 : Nous rentrons paisiblement à l'hôtel, devisant sur le fiasco de notre soirée. SK est déçue, et un peu embêtée de m'avoir attiré dans ce traquenard.
Nos corps restent proches tout le long du chemin, cet épisode a renforcé nos envies mutuelles, et la nuit ne fait que commencer...

 

à suivre...



Laisser un commentaire