Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Ven 10
Mai
2013

PostHeaderIcon De l'origine ... à l'orgie (VI)

[Précédent]

Je suis bien décidé à prendre les devants et à m'occuper de la belle, néanmoins son regard est ailleurs.
Elle vient de comprendre que Madame est ma femme, et garde une certaine réserve.

Tout en me touchant du bout des doigts, elle laisse Madame s'approcher et l'invite presque à prendre sa place.
Au point que je suis maintenant en train de pénétrer mon épouse juste devant ses yeux.
Elle balade ses mains sur nos corps, et nous caresse pendant que nous faisons l'amour. Ses caresses s'enhardissent et elle se concentre sur mon sexe qui coulisse dans l'intimité de Madame.
La sensation est curieuse et pour le moins inhabituelle mais pas désagréable, loin de là.

Lorsque nous avons tous deux pris du plaisir, elle fait une remarque plaisante puis s'éloigne discrètement.
Je suis décontenancé par ce comportement auquel je ne m'attendais pas... et un peu déçu de n'avoir pas joué d'avantage avec la jolie black.
Pourtant nous avons passé un très agréable moment, mais tout cela a pour moi un goût d'inachevé.

 Le bar de l'Hyppocampe

Nous prenons la direction de la douche et décidons de nous désaltérer au bar. Je partage avec ma moitié l'enthousiasme de la rencontre nuancé par le tour qu'ont prit les choses.
Je m'inquiète également de ma forme toute relative malgré le grand intérêt que je porte à l'inconnue...

Nous repartons faire un tour dans les coins câlins, et je ne peux m'empêcher de chercher ma partenaire mystère...
Nous déambulons de coin en coin sans vraiment trouver d'action, ou du moins rien qui ne nous tente.

Soudain au détour du glory-hole je perçois une voix mêlant un accent chantant à un timbre un peu rocailleux.
Je penche pour des origines brésiliennes mais certains détails ne cadrent pas.
Les mots, eux sont confus... je tends l'oreille et je comprends que la locutrice est en train d'éconduire un homme sans ménagement, l'accusant d'approcher sans l'accord de sa femme.

En avançant je constate alors que cette voix est-celle de ma mystérieuse black. A l'évidence elle n'a pas trop envie d'être dérangée, en tout cas je ne m'y risquerai pas à ce stade.

Madame me regarde et constate à quel point je suis absorbé... elle esquisse un sourire narquois.
Nous poursuivons notre petit tour sans trouver de groupe qui nous plaise, et cette fois nous ne sommes pas décidés à lancer les hostilités.

Glory Hole

Je m'arrange pour passer à nouveau devant le glory-hole pour voir si elle est toujours là...
C'est le cas, elle est seule et semble lasse, je n'ose pas m'approcher, mais Madame m'incite fortement à approcher. Je suis comme pétrifié, mais l'attirance quasi magnétique que j'éprouve pour cette femme me pousse à dépasser mon manque de confiance.

J'approche doucement et lui demande si elle veut de la compagnie, avec un sourire le plus naturel possible. Elle acquiesce et regarde aussitôt ma compagne. Goormande me pousse alors vers le coin câlin... "Allez vas-y" !

Je m'approche à genoux et constate que Madame ne m'a pas suivi. Un peu perdu, je me retrouve seul face à la belle.
Nous entamons la discussion...
Elle m'explique qu'elle est très remontée contre les couples et qu'elle prend de grandes précautions car beaucoup de femmes sont jalouses et voient d'un très mauvais œil que leur homme s'approche d'elle1.
Pour éviter les remontrances et les scènes, elle évite donc généralement d'aller trop loin avec les hommes en couple, surtout si elle a le moindre doute sur le niveau d'approbation conjugal.

Elle a cependant pu constater qu'il n'y avait pas ce souci de notre côté et elle se rapproche de moi, et nous commençons à échanger de langoureuses caresses.
Me voilà de nouveau pris de vagues de frissons provoquées par le grain si particulier de sa peau. Ses mains expertes parviennent à me donner de la vigueur tandis qu'elle me demande si j'ai un préservatif.
Sa proposition me comble et je tente de relativiser mes craintes de ne pas être à la hauteur, car je sais que j'ai d'autres atouts.

Alors que je suis convenablement capuchonné, elle me prend en bouche et s'applique à me mettre dans les meilleures dispositions. Sa dévotion est couronnée de succès, me voilà rapidement dans une forme plus qu'honorable, bien mieux que lors de mes expériences précédentes.
Elle a de toute évidence cerné ma nervosité et mon inexpérience libertine, et prend les devants sur le choix d'une position, en m'offrant sa magnifique et envoutante cambrure.

Cambrure...

Ce n'est pas sans émotion que je pénètre en elle, regardant attentivement mon sexe disparaitre peu à peu dans le sien.
Le contraste de ma peau blanche et de son entrejambe sombre et mat est saisissant, je contemple ce spectacle dans un silence béat.
Je profite de chaque centimètre de pénétration, mes sens en alerte... et saisis ses hanches de mes deux mains.

Elle est tellement menue que je fais presque le tour de sa taille, et je ressens de nouveau sur la paume de mes mains ce grain de peau toujours aussi délicieusement exotique.
Je ne saurai dire combien de temps a duré notre étreinte, qui a été pour moi une succession de sensations des plus agréables, de plénitude, de sentiment d'être comblé au-delà de toutes mes espérances.
Tant et si bien que malgré ma forme relative, je suis tout à fait incapable d'arriver au point de non-retour.
Qu'importe, je viens de franchir un pas immense.
Pour la première fois j'ai pénétré une autre que Madame, mené une petite victoire sur mes craintes et la faiblesse de mon érection2, et gouté aux délices d'une peau noire.

Je m'enquiers de savoir si tout va bien pour ma partenaire, elle semble satisfaite même si elle ne semble pas avoir eu d'orgasme, et dans un grand sourire m'explique qu'elle a froid.
Je la recouvre donc de nos deux paréos et me presse contre le tissu, la cernant de mes bras pour la réchauffer du mieux possible.
Elle apprécie le geste : "toi tu es gentil, les autres ils s'en vont en général".
Mon comportement me semble pourtant naturel et je m'interroge alors sur une certaine goujaterie qui semble être de mise dans le milieu libertin. Est-ce pour ménager les jalousies, éviter de s'accrocher à un(e) partenaire illégitime, ou bien juste de la muflerie ?

Je n'ai pas le loisir de mener plus loin ma réflexion, car je sens son souffle et sa bouche se rapprocher de la mienne.
Que cherche-t-elle ?
Je suis perturbé... car s'il s'agit de s'embrasser, c'est un geste réservé à Goormande !
C'est une règle que j'ai moi-même établie, le baiser recouvrant pour moi une signification qui va bien au-delà de la simple partie de jambes en l'air. C'est bien ma veine, je n'avais pas du tout imaginé que cette situation puisse se présenter aussi vite...
Il va falloir expliquer cet interdit, et même si je sais que dans le milieu libertin c'est assez courant, je m'interroge sur la manière de lui expliquer.
Je trouve ça un peu dommage, aussi. A vrai dire ce baiser j'en ai très envie.

Une fois de plus elle ne laissera pas mon cerveau faire trop de maladresses et m'embrasse à pleine bouche.
Un frisson me parcours le corps, encore un. Une poussée d'adrénaline même, car je suis partagé par le plaisir charnel du baiser et la crainte de l'interdit que je viens de briser.
Je ne le sais pas encore mais Goormande a vu ce baiser et s'en amuse...
Pour ma part je suis à la fois soulagé que "le ciel ne se soit pas abattu sur ma tête" mais inquiet de la réaction qu'elle aura lorsque je lui avouerai ce qui vient de se produire.

Je profite néanmoins de l'instant présent... ce baiser est délicieux, différent aussi. J'entrevois la formidable diversité que laisse présager les rencontres à venir.
Nous poursuivons les caresses, détendus.
La belle m'explique qu'elle se fait appeler L**, et que j'ai une épouse vraiment gentille de m'avoir prêté son mari. Que mon sexe est agréable3, et qu'elle apprécie ma gentillesse.
Son expérience mêlée à une certaine naïveté dans ses mots m'amuse... je trouve L** très attachante, et terriblement attirante.

Délices d'une peau noire

Mais le temps a passé et le club ferme bientôt ses portes. Je récupère mon paréo et nous prenons le chemin du vestiaire.
Nous y retrouvons Madame, et L** lui saute au coup : "toi tu es gentille, tu prêtes ton mari et tu n'es pas jalouse, merci".
Je suis estomaqué par ces remerciements, tout autour de moi ceux qui l'ont entendu ont le sourire aux lèvres, Goormande la première.

L** explique qu'elle vient régulièrement, et nous espérons bien nous revoir une prochaine fois.

Dans un état second, je prends le volant, et sur le chemin du retour le débriefing de la soirée s'annonce riche.
Quand vient le sujet du baiser Goormande m'explique que c'était ma limite, que c'était à moi je la faire tomber.
A mon grand étonnement elle n'est pas déçue ni en colère, contrairement à ce que j'avais imaginé, cette limite ne concernait que moi, mais elle la respectait.

Nous avons revu L** après cette soirée, plusieurs fois... il y a de quoi y consacrer quelques billets, ce à quoi je m’attellerai dès que j'aurai terminé la série "De l'origine ... à l'orgie".

à suivre

Photos de l'hyppocampe sur leur site officiel, autres photos via Javelins Arc.
  1. je me rendrai compte bien plus tard que c'est une crainte assez commune pour les femmes seules, l'expérience montrant que les femmes en couple peuvent s'avérer être pour le moins possessives []
  2. qui bien évidemment sont liées []
  3. son compliment exact parlait de taille aussi... []


Il y a 18 commentaires pour “De l'origine ... à l'orgie (VI)” Flux RSS des commentaires

  • audren

    S'interdire les baisers, c'était quand même vraiment dommage. Heureusement que la belle L a su faire tomber cette réticence - et puis ça fait bien passer le message que ce n'est pas comme d'aller voir des prostituées.

    Ça me fait sourire cette histoire de jalousie libertine au point qu'il faille se méfier des femmes qui ne "prêtent" pas leur homme (et j'imagine inversement). Dans le mot libertin, il y a la notion de liberté, mais on dirait que pour certains, il y a une ou deux syllabes qui ont été oubliées au passage.

  • Goormand

    Oui pour le baiser c'eut été dommage de ne pas s'affranchir de la limite.
    D'autant qu'il a une grande importance pour moi et contribue pour beaucoup à la sensualité des ébats.
    Mais cela reste un sujet qui divise beaucoup chez les libertins.
    De fait il est assez difficile de deviner si une nouvelle partenaire l'acceptera ou pas, alors qu'on peut très bien être déjà en train de l'entreprendre avec vigueur.

    Et pour ce qui concerne la jalousie des femmes en couple, vous seriez surpris.
    Elle est voilée mais bien plus fréquente que je n'aurai pu le croire.

    En observant bien on voit un nombre non négligeable d'épouses sortir les griffes lorsqu'une femme à priori très attirante s'approche de leur homme.
    C'est d'autant plus amusant lorsqu'on les voit plus tard dans la soirée, entourées de très nombreux hommes.

  • Lady sue

    Cher goormand, en effet la jalousie des libertines est tres fréquente, c'est un sujet qui mérite a lui seul un article (je vais m'y atteler )... Juste ce mot pour vous dire: vous avez une épouse merveilleuse d'amour et de sagesse, c'est une denrée rarissime ! À bientôt

  • Goormand

    Le sujet de la jalousie des libertines en couple a été une de mes constatations les plus inattendues à vrai dire.
    Cela me semblait (et me semble toujours) un tel paradoxe... vivement que je puisse lire votre article !

    Quant à Madame, c'est effectivement une perle... en général 😉

  • Heimdall

    Goormand,

    Je me reconnais complètement dans ton expérience, même si je n'ais pas vécu la même chose à mes débuts. Il est clair que nous appartenons à ceux qui aimont partager la sensualité et sentir naturellement être désiré.
    Il y a aussi la découverte du paradoxe entre une sexualité dont nous avions l'habitude qu'est l'onanisme et la découverte de la sexualité plurielle. Il est clair que le cerveau fait barrage car il nous informe que le chemin n'est pas complet. Une fois que tu t'es senti désiré, une fois que tu as senti que Madame t'autorisait la chose, une fois que tu as pu gouter pleinement à tous les sens offerts et à offrir, tu ne pouvais qu'être "présent".

    J'attendrai la suite avec délectation.

  • Goormand

    Bonsoir !

    Je ne sais pas si une sexualité de couple peut être assimilée à de l'onanisme.
    En tout cas le passage à la sexualité plurielle est un changement qui s'avère plus difficile à opérer qu'on ne pourrait le croire : entre le fantasme et la réalité, il y a tout de même un fossé.
    Fossé qui est globalement plus difficile à franchir pour les hommes que les femmes, en tout cas de ce que j'ai pu en observer.

    Il me semble aussi, et même si cela en fera hurler certaines, que les dames sont mieux accompagnées dans leur découverte du monde libertin.
    Les hommes vont devoir affronter la dure réalité de l'offre et de la demande, de leur quasi-totale incapacité à l'orgasme multiple.
    C'est un fait : ils ne peuvent généralement pas satisfaire autant de partenaires que la gent féminine.

    ... je m'arrête là sur ce point on va me traiter de caliméro alors que je suis loin d'être à plaindre ...

    Reste que dans mon parcours de découverte du monde libertin, se sentir désiré était (et demeure) d'une grande importance.
    La faute à un manque de confiance au départ (mais je me soigne), et la marque d'un minimum de considération pour mes partenaires, potentielles ou réelles.
    J'ai surement raté de belles occasions pour n'avoir pas osé, mais j'ai la satisfaction de ne point avoir abusé ou été par trop égoïste.
    La balance entre le partage et la nécessaire considération pour son propre plaisir est d'un équilibre délicat, me semble t-il.

  • Heimdall

    1) Par onanisme, je faisais référence à la projection des fantasmes de notre sexualité via des supports video (magazine, internet, films X). Si j'ai bien décrypté lé vécu, il y a eut 3 sexualités :
    - sexualité de couple
    - sexualité solitaire (onnaniste ?)
    - sexualité plurielle

    Quand la sexualité de couple tombe au point mort, il est "naturel" que nous nous axions plus sur la sexualité onnaniste (qui demeure depuis notre adolescence de fait un référentiel sécurisant). De là se cumule un certain nombre de fantasme ("moi aussi, je le pourrai", etc..) Mais quand vient la réalité de la situation, on se rend compte que le paramètre psychologique est bien plus important que tout le reste.

    2) Je suis d'accord avec toi. Nous vivons une révolution sexuelle amorcée depuis l'apparition du lave-linge (non non sans rire...) et suivi par la pillule qui a déplacé naturellement (et heureusement) le curseur de la sexualité féminine mais bizarrement, la moitié des dames ont tendance à continuer la culture du phalocratisme (machisme si vous préférez). De ce fait, certaines attendent et espèrent de nous un esprit de conquête, (et d'être prise tel un butin par Achille ?..), d'autres au contraire partent à la conquête ou attendent une certaine ronde de séduction (le jeu). Et dans l'arene du libertinage, nous entrons...Morituri te salutant... (et après tout..c'est tellement bon d'être dégusté par quelques fauves féminines 😉 ).

  • Goormand

    Ah oui effectivement, il y a eu une forte période onaniste "de substitution".
    Mais la sexualité de couple est revenue un peu avant que ne débute la sexualité plurielle.

    Pour l'analyse sur le second point, j’adhère assez 🙂

  • Vagant

    Récit bien écrit, excitant et instructif. J’espère que vous continuerez votre blog, car moi, je reviendrai !

  • Goormand

    Bonsoir... oui oui je continuerai !
    Je cours après le temps libre, mais un jour, ça va se calmer 🙂

  • coquelinette

    Merveilleux ce récit, je découvre le monde libertin et je retrouve dans vos mots certaines de mes idées envies pensées, mais c'est très intéressant de lire le coté masculin.
    Le baiser tout un chapitre rien que pour ce doux moment, pourquoi tant de couple pensent que c'est vraiment trop personnel trop amoureux trop dangereux de le partager ça me semble incroyable de pouvoir recevoir un cunnilingus qui est très intime et pas un simple baiser.
    Je trouve que Madame est merveilleuse !

  • Goormand

    Merci, merci...

    Il faudra que je pense à finir cette série avant les 10 ans du blog 🙂
    J'ai changé d’opinion sur le baiser assez rapidement, mais je dois dire qu'au début j'avais peur qu'il puisse être synonyme de très fort d'attachement , plus que de raisonnable.

    Bon, là dessus aussi mes idées ont évolué...
    Et merci pour Madame, on lui fait souvent cette remarque que j'ai vraiment de la chance d'avoir une épouse aussi ouverte.
    Certes...
    Mais elle n'a pas que des bons côtés je vous rassure ! (ce ne serait pas crédible de toutes façons).

    Bizarrement, j'ai l'impression qu'on félicite moins volontiers un mari qui a cette même ouverture, comme si, de toutes façons, il n'en avait pas choix.

    Non ?

  • Coquelinette

    Votre dame est normale avec des défauts et des qualités.
    En principe les hommes ont les idées plus larges concernant le sexe donc on ne pense pas à dire "Madame vous avez un homme merveilleux", cela dit pas tout les hommes sont prêt à partager leur femme.
    Mais dans ma position je peux vous dire que c'est merveilleux de pouvoir vivre ce genre de chose avec la personne que l'on aime.
    Dans mon entourage les femmes ne comprennent pas ce genre d'attitude souvent je passe pour une marginale pour rester polie. Il est très rare que l'idée d'aller dans un club soit à l'origine de la femme.
    Donc rien de bizarre juste une petite logique lol

  • Goormand

    Bonsoir à vous... moi aussi au début je pensais que "Il est très rare que l'idée d'aller dans un club soit à l'origine de la femme."

    J'ai largement changé d'avis sur la question... du coup la logique n'est plus la même !

  • Coquelinette

    Je suis mal polie je n'y ai pas pensé avant.... Bonsoir !
    Très surprenant je commence à découvrir les clubs donc je pense que vous avez plus d'expérience. Les femmes seraient elles plus coquines que les hommes 😉
    Je pense que dans ce cas c'est encore plus difficile, faire comprendre à monsieur que l'on a des envies des idées.

  • Goormand

    Bonjour,

    Vous êtes toute excusée, moi-même je réponds dans un délai qui frise la goujaterie... vous voudrez bien m'en excuser !

    Il est bien sûr risqué de généraliser le fait que les femmes ou les hommes soient "plus coquins", pour autant que l'on sache déjà le mesurer...

    Mon expérience toute relative c'est que :
    * Les femmes sont globalement au moins aussi coquines que les hommes, des études plus ou moins sérieuses démontreraient que contrairement à une croyance tenace, elles ne sont pas en reste question désir, à la condition de ne pas en avoir été détourné (pression éducative, culturelle, agressions...).

    * Les femmes qui font tomber la barrière du tabou sexuel ne se mettent pas ou peu de limites (elles en ont fait tomber une, ce n'est pas pour en remettre une autre juste après) et donc oui, elles peuvent aller très loin dans leurs envies, leurs fantasmes etc...
    Et par exemple, de proposer à leur moitié d'ouvrir le couple à d'autres.

    * Les femmes ont (et pour encore longtemps j'en ai peur) un avantage certain d'être convoitées par les hommes qui restent aujourd'hui pour beaucoup (très) demandeurs. Pour résumer de façon crue, la "loi du marché" est nettement en leur faveur.
    Je me place volontairement dans un cadre hétéro, c'est réducteur, j'assume...

    * Les femmes sont volontiers multi-orgasmiques, peuvent assez facilement combler plusieurs partenaires à la fois (en tout ou partie de façon passive mais qu'importe, du fait du point précédent, les messieurs s'en accommodent très bien), ce qui facilite leurs expérimentation, et leur laisse un champ des possibles nettement plus vaste.

    * Conséquences : dans le libertinage les femmes sont les reines (ce qui est très bien). Elles en profitent (voir en abuse) plus ou moins...
    Cela met bien des messieurs dans une posture délicate : pression de la performance, incapacité / faible probabilité de faire tout ce qu'une femme pourra faire en club.
    Il y a là une certaine asymétrie qui explique que monsieur ne soit pas forcément aussi enthousiasmé.

  • Coquelinette

    Bonjour,
    Vous êtes tout excusé par le temps de réponse il n’y a jamais urgence, et je comprends que l’on ne passe pas son temps derrière un écran. D’autant qu’il y a une hibernation et que la période des bonnes résolutions et bien loin… J’ai souvent l’envie de rouvrir un blog érotique mais j’ai peur de retomber dans ce manque de temps et d’inspiration.
    La loi du marché… drôle d’expression mais ce n’est pas parce que l’on trouve beaucoup de pomme en cette saison qu’elles sont toutes bonnes… vous imaginez si tous les amateurs de pomme doivent chercher la bonne pomme en goutant toutes ces pommes. Je résume de façon poétique, et cela me fait bien sourire.
    Les femmes multi-orgasmique peuvent combler plusieurs partenaires… oui et non encore faut-il qu’elles arrivent à un orgasme avant de les multiplier. Tout cela n’est pas si simple.
    Votre façon de voir et je trouve très originale, et effectivement elle donne une nouvelle façon de voir les choses.
    Je vous rejoins sur un point dans le libertinage les femmes sont les reines, je ne suis pas sure qu’elle en abuse.
    Pour la pression de la performance et de l’incapacité, dans certains cas nous l’avons tous, mais peut être que la femme cache mieux son jeu.
    Peut-être que les hommes et les femmes manquent de communication.

  • Goormand

    Bonsoir !

    Même avec peu de temps, on se doit de répondre dans un délai "raisonnable" à ses lecteurs.

    Je réagis d'emblée sur votre dernière phrase :
    "Peut-être que les hommes et les femmes manquent de communication."
    C'est une certitude !

    Au sujet de "la loi du marché", j'ai souligné que c'était une vision crue, volontairement exagérée. Le parallèle avec les pommes me plait bien aussi.
    De quoi réfléchir sur le thème "comment sortir du lot sur l'étal du marchand".

    Je me suis emmêlé les doigts concernant les femmes multi-orgasmiques et les partenaires multiples. Ma pensée à devancé mon clavier.
    Cela n'a pas de lien direct... d'ailleurs une femme anorgasmique pourrait malgré tout contenter plusieurs partenaires à la fois.
    C'est plus difficile pour un homme pour des raisons physiologiques et parce que les dames n'auront bien souvent pas la même motivation à "partager" activement.

    Ces 2 traits se rejoignent toutefois en ce qu'ils offrent à la femme nettement plus de possibilités dans un laps de temps donné (c'est l'idée que je voulais exprimer).

    Et... je vous rassure, je pense que peu de femmes abusent de leur statut dans le libertinage, bien qu'ayant été (quelquefois) témoin de comportements tout à fait détestables.

Laisser un commentaire