Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Mar 26
Juillet
2011

PostHeaderIcon De l'origine ... à l'orgie (V)

[Précédent]

Suite à cette deuxième sortie globalement positive, nous décidons de retourner de façon régulière à l'hyppocampe.

Nous commençons à nous habituer au lieu, aux usages, aux codes.
Et aussi plus aguerris en ce qui concerne les approches, les attentes des uns et des autres, et nos propres envies.

Mes pannes répétées sont agaçantes mais ne me démotivent pas pour sortir, je me dis qu'à force de persévérer, les choses devraient rentrer dans l'ordre.

Et puis j'ai toujours une langue et des doigts, qui ne me font jamais défaut.

Au cours d'une de ces sorties, peut-être la 4ème, passe furtivement au bar, une femme qui attire aussitôt mon regard.
Elle est petite, assez menue, d'âge indéfinissable... mais surtout elle a la peau noire.

Sans pouvoir vraiment en donner les raisons, j'ai une forte attirance pour les peaux mattes et encore plus pour les peaux noires.
Goût pour l'exotisme ? Simple envie de quelque chose de différent ?

Qu'importe, elle me fait de l'effet, elle est souriante, respire la bonne humeur...

Manquant d'expérience pour l'aborder et ne sachant si elle est accompagnée, je me contente du plaisir de l'avoir vue passer, comme une parenthèse dans la soirée.
La petite séance de hammam qui nous sert de rituel pour démarrer étant terminée, nous faisons le tour des coins câlins.
L'ambiance est plutôt calme pour le moment.
Nous décidons donc de nous installer tous les deux dans un coin câlin relativement grand et ouvert, dont l'ouverture est située entre une série d'arches.

Assez rapidement, un couple vient s'installer non loin de nous, puis un autre.
L'ambiance devient plus chaude à mesure que les mains deviennent exploratrices et commencent à s'aventurer au-delà du couple.
Les caresses s'échangent en tous sens dans un mélange langoureux et sensuel.
Les affinités ne faisant plus de doutes, les corps se réorganisent et Madame se retrouve bientôt gâtée par mes soins pendant qu'un homme goûte à ses faveurs.

Je migre à mon tour entre les jambes d'une autre femme, visiblement satisfaite mais malgré tout absente.
Elle a l'air sinon de subir, du moins d'être indifférente à la situation.

C'est alors que du coin de l'œil je vois une silhouette arriver sur ma droite, d'un pas rapide mais discret, s'approchant du petit groupe.
C'est elle, la jolie black que j'ai repéré tout à l'heure !

Je n'ose y croire, et crains de la voir bientôt repartir si la situation ne lui convient pas.
J'essaye de lui faire comprendre, sans trop insister, le ravissement que j'ai de la voir se joindre à nous.
Pour le moment, elle semble plutôt aborder le reste du groupe de façon légère et frivole, comme un jeu... une caresse par ici, un sourire par là.

Je suis impressionné par une telle facilité, un tel naturel.

Se délestant de son paréo, elle approche, ce qui me permet d'apprécier combien son corps et son visage me plaisent et m'attirent.
Elle est assez menue, mais avec de jolies courbes et surtout, une cambrure et des fesses à se pâmer.

Il m'est toujours difficile de lui donner un âge, tant son comportement laisse paraitre une grande expérience et à la seconde d'après des réactions dignes d'une adolescente.
Dans un dernier sursaut contre ma timidité, je délaisse ma partenaire du moment et m'approche d'elle.

Un coup d'œil à Madame me rassure sur le fait que je ne la néglige pas: elle a l'air bien occupée pour sa part.
Je me retourne pour approcher la belle à la peau d'ébène et oser une caresse sur son bras, la gorge nouée.

Elle tourne la tête pour me regarder et répond par un sourire, je déstresse un peu.

Je prolonge donc ma caresse vers son épaule et redescend le long de son corps en frôlant un sein.
Son grain de peau si différent m'est tellement agréable que je suis parcouru de vagues de frissons successives.

Je suis aux anges, si tout devait s'arrêter là j'aurai au moins eu la satisfaction d'avoir pu toucher sa peau dont la texture me transporte littéralement.

Mais je suis bientôt sorti de cet état de grâce par une vision périphérique, celle d'une autre main sur le corps de la belle.
Un autre homme la caresse également, ce qui ne me gêne pas, mais sème le doute...

Elle semble apprécier les caresses, mais lesquelles ?
Est-ce à lui ? À moi ? Ou à nous deux qu'elle sourit ainsi ?

Je trouve le style de mon semblable assez expéditif, ses caresses son rapides, appuyées, désordonnées et sans aucune sensualité.
Il est pressant, et approche rapidement de zones plus intimes.

Et si c'est là ce qu'elle attend ? Et que je suis éconduit pour avoir été (une fois de plus) trop respectueux ?
Alors que je me désole d'avoir à choisir, un peu comme à la loterie, le "bon" comportement, mon comparse accélère le mouvement, son regard témoignant d'un appétit féroce.

Mes questions trouvent une réponse lorsque d'un mouvement franc et sans équivoque elle le repousse.

Il se plaint, et pour toute réponse elle l'envoie balader tant et si bien qu'il quitte le coin câlin d'un air grognon.
Je suis étonné, incrédule... finalement c'est moi qu'elle garde ? Ou alors vais-je devoir m'éloigner à mon tour ?

Je réfléchis rapidement à la situation, que faire ? et surtout que NE PAS faire ?
Parler ? Agir ? De quelle manière ?

Elle ne laisse pas le temps à mon pauvre cerveau de s'enfoncer plus avant dans d'inextricables réflexions, et s'empare à pleine main de mon sexe, qui sans être vaillant n'est pas non plus au repos.

Elle le décalotte avec assurance et je vois poindre le bout de sa langue, dont le rose contraste si joliment avec la couleur de sa peau dans la lumière rougeoyante.
Je suis comme paralysé, c'est la première fois qu'une autre que Madame va me prodiguer cette douce caresse, je suis à l'affût de la moindre sensation, ému par cette "première fois".

Elle apprivoise mon sexe en un rien de temps, le titille puis l'engloutît dans un déluge de sensations plus agréables les unes que les autres.
Le temps n'a plus d'emprise sur moi, pendant un moment tout ce qui est autour de nous n'a plus d’existence tangible.

Je profite au maximum de l'instant, de ce fantasme qui se réalise, de ce plaisir qui m'est offert...
... et finis tout de même par redescendre sur terre.
Satanée panne, elle est encore là !

C'est tout simplement invraisemblable... j'en veux à mon corps tout entier, à mon cerveau, de ne pas être capables de fonctionner comme le ferait n'importe quel animal.

Faisant comprendre à la belle à quel point j'apprécie ses attentions, je commence à la caresser.
J'ai bien l'intention de lui donner autant de plaisir que je le pourrai !

[suivant]

Photos via Javelins Arc et Ebony Babes 2.


Il y a 2 commentaires pour “De l'origine ... à l'orgie (V)” Flux RSS des commentaires

Laisser un commentaire