Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Ven 14
Avril
2017

PostHeaderIcon L'odeur...

Ce texte est une contribution d'Avant Tureuse (merci !)

Il est des personnes dont l'âme vous touche plus que d'autres.
Il y a lui mon numéro un, celui que je n'oublierai jamais quoiqu'il puisse se passer dans ma vie tant il m'a révélée à moi-même, tant il est à l'origine de plaisirs et de désirs. Je l'ai gravé dans ma tête et dans ma peau pour toujours, je porte son empreinte au creux de moi pour la vie et même après.

Et cet autre, son alter ego, celui qui pose sa main au creux de mes reins et qui par ce geste lui ressemble à en hurler, à lui qui me l'a recommandé d'ailleurs. C'est savoureux je trouve.
Cet amant doux et caressant, celui qui me fait rire, qui me fait chavirer quand il m'embrasse, ce gauchiste un chouia je-m'en-foutiste, ce romantique écartelé entre ses envies et sa vie, comme nous le sommes tous un peu.

Il y a les regards, il y a les peaux, les mains, les gestes avec intention. Il y a ces deux hommes dont je rêve depuis un long moment, ensemble, eux pour moi, moi pour eux.

Ils me l'avaient promis. Une soirée rien que pour moi.
Une journée bien compliquée à gérer émotionnellement, psychologiquement, professionnellement...

Je traverse ma journée et toutes ses difficultés avec, ancrée dans mon esprit la perspective de me lover dans des bras aimants. Je gagne d'heure en heure la bataille contre le mauvais temps, les soucis personnels et professionnels, la mauvaise humeur de mes collègues et la mienne en m'accrochant aux images torrides de notre dernière rencontre. Cette danse là, en club, à trois, prise en sandwich entre eux deux..

Je traverse tout Paris, dans son exacte diagonale, je grignote des kilomètres (je m'en fous), j'avance au coup par coup dans les embouteillages de fous-furieux de cette fin de journée (je m'en fous), les minutes s'additionnent aux minutes, c'est long (je m'en fous), je me fais tous les feux rouges (je m'en fous), j'ai raté mon dessert fétiche (je m'en fous).
Je dois me garer dans un interstice minuscule. Mue par l'énergie du désespoir, je fais le meilleur créneau de ma vie, il reste deux centimètres devant et derrière ma voiture.
Je suis terriblement en retard, je cavale dans les escaliers, cinq étages sans ascenseur, j'aurai eu droit à tous les emmerdements ce soir!
Enfin, j'y suis.

Un tout petit appart sous les toits, une cabane, un cocon.
Ils sont en bras de chemises tous les deux, ils sont beaux, ils me sourient et me tendent une coupe de champagne rosé que j'adore. Je me calme, je respire, je me détends.
L'atmosphère est feutrée et paisible, l'hôte de ces lieux a misé sur une play-list lounge. Banco.
Nous dînons agréablement au champagne, notre hôte nous a concocté un menu simple, mais délicieux, tout en discutant de choses et d'autres. La conversation est fluide, nous nous connaissons très bien tous les trois..

Le dîner se termine par une salade de fruits frais (heureusement car la panacotta que j'ai apportée est immonde, j'ai honte!)
Notre hôte tient à ranger sa cuisine avant tout dérapage, alors petit chat et moi lui tenons compagnie pendant qu'il s'active. Je me love dans ses bras et nous continuons de converser ainsi, tous les deux enlacés pendant que le troisième met de l'ordre...
Il nous rejoint quand il a fini, et je me retrouve comme lors de notre dernière rencontre, prise en sandwich entre les deux.
Une différence notable néanmoins : personne d'autre ne va interférer, la bulle ne va pas éclater, ils sont à moi seule, pour ce soir.
J'ai envie.

Je suis coincée entre mes deux amants et eux s'amusent avec moi comme avec une poupée. L'un m'embrasse et me caresse, pendant que l'autre soulève mes cheveux et embrasse mon cou, puis me fait pivoter face à l'autre qui m'embrasse et me caresse à son tour pendant que le premier ôte mon pull. Le deuxième s'agenouille et ôte mon jean et mes chaussettes pendant que mes doigts tremblent sur les boutons de la chemise du premier.
Je ferme les yeux, je ne veux pas savoir qui est qui, qui fait quoi..
Je suis nue.

On m'assied sur un pouf, je caresse les deux bosses qui gonflent les deux pantalons, une pour chaque main. Un des deux hommes s'agenouille pour venir me lécher, c'est petit chat, je le sais, j'en suis certaine, je reconnaîtrais sa langue dans n'importe quelle circonstance.
L'autre m'offre sa queue à sucer, je ne me fais pas prier.

Je pue le sexe, l'envie, littéralement. J'en sens l'odeur qui remonte à mes narines, je suis excitée comme jamais. Je ne sais pas si notre hôte l'a senti aussi, mais je suis certaine que petit chat s'en est aperçu. Et je suis trempée, je ne crois pas l'avoir jamais été autant...

[ suivant ]



Il y a un commentaire pour “L'odeur...” Flux RSS des commentaires

  • Estelle

    En effet il s est fait pardonner... 😉
    Merci pour ce récit qui prend un malin plaisir à nous laisser aux portes de l envie...
    Une suite ?
    Au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire