Fred Goormand

AvatarHomme en couple libertin, francilien, jeune quadra dynamique.

Adepte sans borne du cunnilingus, inscrit au don d'orgasmes.

Pour en savoir plus : présentation.

Page FB | Goormand sur FB

Abonnement mail
A venir….

Thèmes qui seront abordés dans de prochains billets :

  • Timeline, la suite
  • To lick or not to lick
  • La loi du silence
  • Suite de la série "de l'origine ... à l'orgie"
Statistiques
Le blog libertin-goormand.net c'est :
Dim 20
Mai
2012

PostHeaderIcon Un club pour s'envoyer en l'air (en action)

précédent ]

Arrivés sur le pont supérieur nous nous dirigeons donc vers l'avant de l'appareil, dans le cockpit que nous avons précédemment repéré.
Le coin est assez grand et toute sa surface est  recouverte d'un épais matelas en skaï noir.

Nous nous installons donc tranquillement en ôtant nos vêtements. De mon côté je m'ébahis de la vue panoramique offerte par le pare-brise, ce qui visiblement n'émeut pas mon accompagnatrice outre mesure.
En revanche il lui semble que le sol est légèrement en pente ici aussi, ce qui ne m'avait pas paru évident au premier abord.
Rien de bien gênant toutefois.

Nous passons donc aux choses sérieuses et je me fais sauter dessus, ce qui me met d'encore meilleure humeur.
La vue de missdactari  qui me chevauche, le fait de savoir que je suis dans le cockpit d'un authentique et mythique avion de ligne, décidément, je me dis que la situation est unique, et que je suis un privilégié...

Comme à mon habitude, le fait de ne pouvoir m'activer me manque, il faut croire que le coup de rein fait partie d'un rituel qui m'est quasi-indispensable pour atteindre le nirvana.
C'est un fait : les rares fois où j'atteins l'orgasme en Andromaque sont lorsque ma partenaire se déchaîne et que je sens qu'elle le fait principalement pour elle, et je sais que ce n'est pas le cas ici.

Je demande donc à changer de position pour pouvoir bouger mes fesses, et nous entamons une levrette endiablée.

Je suis décidément très en forme ce soir, et la vue de la croupe de missdactari fait monter en moi l'envie de m’immiscer  dans le plus étroit de ses orifices.
Mais c'est une envie à double tranchant... en effet la sodomie demande une certaine délicatesse, son succès n'est pas garanti car il dépend de beaucoup de facteurs.
Par ailleurs, même si elle m'excite beaucoup, cette  pratique m'amène rarement au point de non-retour.
En effet je ne me lâche pas totalement, devant contrôler un minimum l'amplitude et la vitesse de la pénétration, sous peine de  représailles de ma partenaire.

Du moins je n'ai encore jamais rencontrée de partenaire de jeux qui soit à l'aise avec cette pratique au point que je me permette d'y aller aussi gaiement que lors d'un coït plus classique.

Et puis il faut avant tout que l'envie soit commune... je fais donc une allusion à mon désir soudain et lubrique.

L'allusion trouvant un écho positif, je me retire délicatement et remonte de quelques centimètres. Je me tiens là à l'entrée, et ne bouge plus. Dans une telle situation, il vaut mieux la laisser faire. La pénétration est lente et régulière, mais tout se passe bien.
Je peux très vite reprendre mes va et vient, en douceur.
La sensation est très agréable, et mon cerveau est en ébullition. Ne serait-ce que de réaliser que je suis en train de sodomiser missdactari m'excite au moins autant que les sensations physiques qui en découlent. 

Sodomie

L'excitation est intense, autant cérébrale que physique... je profite au maximum de l'instant présent.

Après un moment, missdactari m'indique qu'elle ne pourra pas tenir d'avantage, et je me retire donc avec précaution.
Je m'en voudrais beaucoup de la dégoûter de ces moments rares et je suis donc particulièrement attentif.

Furieusement excité, j'accepte la proposition de missdactari, et je me mets sur le dos pour recevoir une délicieuse fellation.

Mon regard se perd sur le plafond du cockpit et vagabonde... j'aperçois quelque chose dans mon champ de vision...
J'ai la tête placée vers la porte et en basculant la nuque je distingue "à l'envers" un couple qui nous regarde. Je me dis qu'ils pourraient bien venir nous rejoindre... il y a de la place et nous avons encore pas mal d'énergie pour des ébats pluriels.

Mais le temps que j'essaye d'évaluer s'ils peuvent nous plaire, ils sont déjà repartis... leur expression étonnée me faisant penser qu'ils sont plutôt débutants...

Je me concentre donc d'avantage sur mes sensations, je m'abandonne et je sens mon plaisir monter lentement mais surement.
Au point que je finis par exploser dans la bouche de ma charmante partenaire, dont le regard montre toute la satisfaction qu'elle a de m'avoir fait éjaculer.

Hors de question que je n'ai point ma revanche... je m'accorde donc quelques moments pour reprendre mes esprits et inverse les rôles.
Bien vite j'ai la tête entre les cuisses de la belle, ma langue s'appliquant autant que mes doigts, jouant tous deux de concert pour ne laisser aucune chance à missdactari

Sentant son excitation monter, je change de position avant de libérer mes coudes de façon à pouvoir accélérer le mouvement de mes doigts en toute liberté.
J'avance un genou pour pouvoir plaquer stratégiquement ma bouche et activer ma langue avec autant plus de précision.

Dans un rythme soutenu cadencé et sans faille, je l'emmène "doublement" au 7ème ciel.
Elle finit par me repousser d'une main, signe qu'elle n'en peut recevoir d'avantage...
Je remonte vers elle pour un atterrissage en douceur, repos des corps et moment de tendresse après la tempête.

Nous discutons quelques moments, j'ai le regard vide, et il me faut du temps pour reprendre (presque) totalement mes esprits.

Enfin remis sur pied, je suis impatient de tester ces magnifiques douches... Il se pourrait d'ailleurs que je sois le premier client du club à en faire usage.

LA douche du 7ème ciel

En sortant du cockpit, nous notons l'absence de corbeille pour jeter les préservatifs et autres déchets.

Le staff me prévient que l'eau peut être assez chaude, je me méfie donc.
La remarque n'est pas inutile, et le premier jet aurait pu avoir de quoi surprendre désagréablement... les douches sont effectivement plutôt chaudes, mais on finit par s'y habituer, et en profiter.

Au sortir de la douche, 2 petits problèmes se présentent : pour commencer l'absence de serviette pose un gros souci.
Et ensuite il n'y a pas d'endroit vraiment commode pour se poser et se rhabiller.

On me ramène bien vite des serviettes, mais il faudra bien trouver à l'avenir un endroit pour les mettre à disposition... une chaise placée près des douches pourrait faire l'affaire, mais dans ce cas on ne peut pas s'y asseoir lors du rhabillage. Bref, il faudra corriger ce petit détail, chose que nous gardons en mémoire pour le signaler lors de notre départ.

Nous redescendons nous rafraichie au bar. A l'occasion de l'inauguration, une coupe gratuite nous est proposée, ce qui fait toujours plaisir.

Quelques personnes sont accoudées au bar ou assises sur la banquette à côté de nous. Peut-être 8 au total.
Pour une inauguration cela nous parait peu, mais c'est toujours mieux que les 2 femmes seules de notre arrivée.
Nous discutons et partageons nos impressions sur le club en sirotant notre Champagne...

Nos coupes ne sont pas tout à fait vide, mais l'envie nous prend déjà de tester un nouveau coin, et si possible d'avoir un peu de compagnie.

Nous remontons donc et portons notre dévolu sur le premier coin après la douche, sur notre droite.
Une petite ouverture est présente dans le mur, et une étroite entrée est présente en sens inverse, nous faisons donc le tour, montons sur le matelas après nous être déchaussés, et découvrons le reste du coin, assez grand pour 4 / 5 personnes, menu de quelques coussins rectangulaires.

Nous nous titillons gentiment pour voir si d'autres personnes se manifestent... assez vite un homme regarde par l'ouverture. Son expression est assez neutre, au moins il n'a pas un air de mort de faim impoli.

Nous lui sourions avec insistance, pour montrer que nous sommes prêts à jouer d'avantage.

Il a l'air de ne pas trop savoir quoi faire... je m'attends à ce qu'il passe un bras pour caresser missdactari et tenter un rapprochement. Mais il poursuit finalement son chemin plus avant dans le couloir.

Étonnée missdactari me dit "Et alors ? Tu crois que si je lui montre mes fesses il comprendra ?".

Elle se tourne donc pour présenter sa croupe en direction de l'entrée du coin câlin.

Croupe offerte

Après quelques minutes le même homme s'arrête et commence à caresser les fesses si joliment offertes.
Je souris à missdactari qui me regarde avec complicité, comme pour dire "ah oui, ça marche, là au moins il a compris".

Ce qui vient se produire ne manque pas de me rappeler une scène du film "la Guerre du Feu".1

Il semble que notre invité est plutôt débutant, il ne savait trop comment s'y prendre. C'est agréable de voir qu'il a préféré prendre son temps que d'avoir un comportement déplacé. Et l'exposition sans équivoque de la croupe de missdactari a permis de dissiper ses doutes. (Rien de tel qu'une paire de fesses tendues pour briser la glace).

Faisant face à missdactari je lui tends un coussin, accessoire d'un grand secours pour se caler lors d'une levrette digne de ce nom. Un second coussin s'avère ne pas être superflu.

Pendant que nous jouons tous les trois, un groupe de 5 ou 6 personnes, qui visiblement se connaissent déjà, s'engouffre dans le coin câlin suivant.

Nous poursuivons les jeux un moment avec notre invité, puis nous nous accordons une nouvelle pause sur le pont inférieur.

Bien que le choix musical soit entraînant, l'étroitesse de la piste, et son horizontalité questionnable2 nous dissuadent.

Dans un dernier élan d'énergie, nous nous accordons un moment un peu plus calme dans le dernier coin câlin sur la gauche, juste avant la banquette et la télé.

7ème ciel : coins calins et coussins

Histoire notamment, d'avoir testé un maximum de coins câlins. Celui-ci, plus petit, est plus adapté à un duo et demeure très confortable, comme les deux précédents.

L'heure est avancée, nous décidons finalement de débarquer, et avant de quitter le bord nous discutons à la caisse avec le staff.
Nous faisons part de notre inquiétude, face à une soirée d'inauguration qui a dû voir pas loin de ... 12 clients !
Pas étonnant que nous n'ayons trouvé qu'une seul partenaire pour nos ébats, point de couple pour jouer, encore moins d'orgie !

Le boss nous explique qu'ils ont préféré travailler sur les derniers travaux avant ouverture, et ont négligé la communication.
Ils ne savent à l'évidence pas encore tout à fait comment s'y prendre, et nous avouent assez vite ne pas être libertins eux-mêmes.

Nous faisons part des petits manques que nous avons identifié (mise à disposition des serviettes, logistique du rhabillage, corbeilles pour les préservatifs usagés etc...)
Nous partons avec l'assurance que ces détails seront bien vite réglés.

Cette fois-ci je ne laisse pas missdactari s'enfoncer avec ses talons dans la pelouse, et j'avance la voiture auprès du chemin en dur qui prolonge la descente de la passerelle.

Nous prenons le chemin du retour, au cœur de la nuit. La route est longue, mais nous sommes presque seuls.
Cela nous laisse le temps de deviser sur les aspects positifs et négatifs de  ce nouveau club.

L'absence de communication pour l'ouverture nous laisse perplexe, mais le lieu est unique et l'accueil est bon.
L'aménagement de l'avion est une réussite, et malgré l’exiguïté apparente du lieu, les coins sont bien aménagés et confortables.
Pour nous ce club est loin d'être proche, mais nous pensons y retourner de temps à autres, attendant notamment l'ouverture de la partie balnéo.

Comme pour tous les clubs, son succès dépendra aussi, et surtout, le la clientèle d'habitués qu'il saura ou non convaincre.
Il y a assurément du potentiel.

 

Crédits Photos : site Internet du 7ème ciel et leur page facebook pour les photos du club, première illustration via jasonmillet, la seconde via 7 fetishes.
  1. Scène dans laquelle un sauvage est capturé par une tribu plus avancée, en compagnie d'une femme d'une autre tribu. Ils souhaitent les voir s'accoupler mais le sauvage ne comprend pas ce que l'on attend de lui. Ses geôliers intiment alors à la femme de se mettre à 4 pattes, pour qu'enfin il s’exécute. []
  2. c'est que c'est important en libertinage, l'horizontalité []


Il y a 7 commentaires pour “Un club pour s'envoyer en l'air (en action)” Flux RSS des commentaires

Laisser un commentaire